mercredi 5 août 2020

Objectif 50 000 km !!!



Voilà maintenant trois mois que je n'ai pas donné de nouvelles. J'ai passé cette période dans la ville de Mzuzu, toujours au Malawi, attendant que les frontières de Tanzanie ouvrent. Je reviens donc sur mes quelques jours de route depuis Cape Mac Clear vers Mzuzu...
Des jours qui ont parus des siècles!!!


















Je pars de Cape Mac Clear avec l'équivalent de 3 euros en poche, j'ai fais des réserves de nourriture pour assumer ces deux jours qui me sépare de la ville de Salima où se trouve les banques les plus proches afin de retirer de l'argent.
J'arrive donc à Salima sans avoir dépensé un centime. Je me dirige sereinement vers une première banque pour retirer de l'argent...premier échec...une deuxième...et ainsi de suite jusqu'à une cinquième banque...je commence à paniquer.
Lorsque je suis au distributeur, un employé de l'Immigration me demande mon passeport afin de vérifier mon visa...


















Il m'annonce que mon visa est dépassé de 25 jours et que je dois me rendre à l'Immigration pour régler le problème...A savoir leur donner plein d'argent!!! Génial, j'ai toujours pas d'argent!!!
Je me retrouve donc à l'Immigration entouré de 3 agents qui me disent qu'ils sont là pour m'aider...Traduction: donne nous de l'argent.
Je leur répond que je n'ai que 2500K (3 euros) donc je ne peux rien donner de plus!!
Ils me disent que ça fait 100€ par jour dépassé, c'est à dire 2500 euros!!! Et si je ne paye pas, ils me mettront en prison!!
J'opte donc pour la prison vu que je n'ai pas d'argent et qu'ils ne me laissent pas quitter la ville pour faire du camping sauvage, au moins j'aurai un toit.




















Je me rends vite compte qu'il s'agit juste de menace pour me faire payer.
Pour information, mon visa est valable 3 mois  (en gros je suis à presque 2 mois) mais il est nécessaire de faire tamponner son passeport chaque mois...Ce qui est une première pour moi et qui ne représente aucune logique...Si ce n'est soutirer de l'argent à tout les touristes qui n'ont pas compris le délire.
J'appelle des amis (Jay et Annie) rencontrés à Cape Mac Clear vivant à Lilongwe pour leur demander de l'aide, parce qu'il ne faut pas l'oublier mon problème est d'abord financier, je leur demande donc de me recevoir le temps de régler mon problème de carte de crédit.
L'immigration finit par me laisser régler mon problème de visa à Lilongwe. Etant donné que je n'ai pas d'argent, ils n'ont plus aucun moyen de pression.




















Je change donc de direction pour rejoindre Lilongwe (sud-ouest de Salima). Il me faut deux jours pour arriver puisque qu'on me libère tard dans l'après-midi. Je retrouve Jay qui l'héberge le temps d'avoir de l'argent pour l'Immigration et pour reprendre ma route. Je demande un western union à ma mère et en parallèle appelle ma banque en ligne pour régler le problème de carte de crédit. Normalement, j'ai deux cartes de crédit (Visa et Mastercard) afin d'éviter ce problème mais ma visa a été bloqué il y a quelques mois et ma mère devait me la ramener ici au Malawi...mais à cause du coronavirus, pas de voyage possible.
Finalement, nous trouvons une solution depuis l'application de ma banque (N26) via le téléphone de Jay et peux débloquer ma carte...Un problème de réglé!!!




Cette photo n'a rien à voir avec le paragraphe ci-dessous!! Il ne s'agit pas du douanier en question!!!

Étape suivante, je vais à l'Immigration avec Jay, il me conseille de pas trop l'ouvrir (chose que je sais pas faire lol) et de payer le prix que je souhaite sans négociation possible. Je m'exécute et accepte de payer 100 euros maximum pour les deux mois restant alors que normalement c'est gratuit...Mais après tout, c'est une erreur de ma part. Je repars donc pendant que le douanier met l'argent dans sa poche...Il va pouvoir se bourrer la gueule pendant quelques jours et pleurer qu'il n'a pas d'argent un peu plus tard!!! Sarcasme mais pas très loin de la vérité...


















Je quitte Lilongwe pour Nhkata Bay  (la majorité des photos viennent de ce village). Dès le premier jour, je casse deux rayons au niveau de la cassette. À l'heure du déjeuner, je m'arrête dans un village pour que l'on me change ces deux rayons au risque de tous les casser. Je laisse ma roue entre de bonnes mains, prends mon repas, me repose un peu et constate après une heure que rien n'a avancé parce qu'impossible de démonter la cassette sans les outils adéquats. Il me propose d'emmener ma roue dans un garage afin de souder une clé directement sur l'écrou à démonter. J'attends...une heure...deux heures puis file au garage...
Là, je vois tout le monde jouer au cartes et la roue dans un coin abandonné...Je les secoue et obtient ma soudure...qui sert à rien!!!
Après ces 3 heures, le premier réparateur me montre comment poser un rayon sans démonter la cassette, change mes deux rayons et me voilà de nouveau sur la route...



















Jour suivant, je repars reposé, motivé....bref positif!!!
J'ai décidé de prendre une autre route que celle de Salima pour rejoindre le Lac depuis Lilongwe, la route est plutôt bonne pour une piste lors des premiers kilomètres....puis je casse une pédale!!!
Ma positivité s'échappe à grandes enjambées!!
J'avais anticipé en achetant une paire de pédales haut de gamme à 1 euros (made in China!!), manque de chance je suis nul part. Je traverse des petits villages où personne n'a d'outils pour changer. Je me vois contraint de continuer avec une pédale et demi (il me reste que l'axe pour l'une) sur des routes dures...très dures, heureusement pour seulement 100km, alors je marche pour les montées et enfourche mon vélo pour les descentes.
De retour sur le Lac, je pense pouvoir réparer mais je fais deux jours de plus avec cette pédale cassée. Je m'arrête dans un camping 70 km avant Nhkata Bay, à ma grande surprise le gérant tient également un atelier et change pour mes magnifiques nouvelles pédales!!!


J'arrive finalement à Nhkata Bay, j'y passe quelques jours et me dirige vers Mzuzu afin de prolonger mon visa le temps que les frontières de Tanzanie ouvrent. J'y ai loué une maison pour presque 3 mois. Jour numéro 1 à  Mzuzu, j'attrape le paludisme pour la deuxième fois dans mon voyage...Tout va bien!!!
Durant mon séjour, je reçois Viktor (cyclovoyageur comme moi) qui voyage en Afrique depuis bientôt 4 ans. Il passe deux journée avec moi le temps de faire les papiers pour prolonger son visa de 6 mois.


Seulement 130km sépare Mzuzu de Chitimba...assez pour casser mes nouvelles pédales MADE IN CHINA!!! Elles auront tenu environ 200km...Bravo!!!

Sur la photo ci-dessus, Grisham. Sur la première photo de l'article je suis en compagnie de sa famille et de Viktor.
Pour faire court, lorsque je suis arrivé au Malawi, j'ai demandé à mon ami Olivier Rochat quelques endroits intéressants à découvrir dans ce pays puisqu'il s'agit d'un de ses pays favoris sur le continent. Il m'a recommandé quelques endroits dont ce modeste mais magnifique camping/guesthouse qui se trouve sur le lac Malawi et tenu par  son ami Grisham. Ayant passé un bon moment entre Cape Mac Clear et Mzuzu, j'ai tardé à rejoindre. Finalement, j'y suis!!! Olivier l'a également recommandé à Viktor qui m'avait demandé un endroit où rester au Malawi. C'est pourquoi je le retrouve ici!!


Journal de voyage d'Olivier que je suis le seul à pouvoir lire puisqu'il est rédigé en français.



Viktor ayant proposé à quelques jeunes du village de leurs donner des cours de sport. Il m'a également demandé de prendre des photos de ces séances pour sa propre photothèque. J'en ai donc ajouté quelques unes sur cet article, profitant de prendre mes propres photos indépendamment.


Grisham a construit cet endroit petit à petit pour en faire un petit coin de paradis, calme et authentique. Il m'a fait découvrir l'étendu de son terrain m'expliquant ainsi ses projets futurs pour rendre la place encore un peu plus confortable.




















Un petit paragraphe pour le titre, j'ai parcouru environ 47 000 km depuis avril 2016, cette barre symbolique des 50 000 km est juste une motivation malgré la lassitude du voyage mêlé au complications que me donne le coronavirus et ses contraintes pour voyager librement. Alors, ces 3000km kilomètres sont l'objectif minimum pour voir si je continue ou pas après ça. Après tout, mon objectif africain était au départ de rejoindre la Tanzanie en passant par l'Afrique du Sud, je suis à seulement un peu plus de 100km de la frontière.


















je reste encore un peu avant de rejoindre la Tanzanie afin de voir comment se poursuit mon périple.

samedi 25 avril 2020

D'un sourire à l'autre


Bientôt un mois que je suis à Cape Mac Clear, lieu idéal pour attendre que les choses s'améliorent autour de moi. J'espère reprendre mon voyage de manière un peu plus normal...Ma propre normalité: le voyage à vélo!!
J'ai réalisé lors de mes derniers articles que mon mode de voyage habituel est un peu mit de côté. D'abord parce qu'il y a ce virus qui m'empêche d'avancer et ensuite parce que je ne propose plus de photos à vélo depuis très longtemps.




















Il y a quelques jours, j'ai proposé à Mandy et Or de faire une petite randonnée dans les collines du Parc National de Monkey Bay. Le départ se fait depuis le village assez tôt dans le journée. Lucy  (Amie de Blantyre) m'ayant rejoint pour quelques jours, nous partons tout les quatre pour cette petite randonnée de 9km...
Après quelques kilomètres, Mandy arrête trouvant l'ascension trop désagréable. Un peu plus tard, Lucy étant trop fatigué pour poursuivre  (la montée étant assez rude) me demande de rentrer également, nous laissons Or poursuivre seul.




















Lors de cette randonnée, j'ai demandé à Or s'il voulait bien m'accompagner un de ces jours pour prendre quelques photos sur mon vélo, chose devenu impossible tout seul étant donné que j'ai cassé mon trépied. Une séance photos qui permet de faire découvrir le village de l'intérieur, me rappelant ainsi à quel point le vélo me manque!!




















Pour toutes les photos de cet article, Or a prit celles où je suis à vélo ainsi que celles en noir et blanc. Pour le reste, ce sont les miennes (prises la veille de la balade à vélo).




















Il est assez difficile d'avoir des photos de gens depuis que je suis en Afrique. Ca touche à l'intimité des gens, je peux comprendre qu'ils refusent les photos, d'ailleurs je n'en demande jamais. Je prends simplement l'environnement dans lequel ils vivent mais très rarement eux-mêmes. Étant ici depuis quelques semaines, mon visage est un peu plus familier, ce qui doit aider pour avoir de telles photos (ci-dessus)...Les gens sont demandeurs, principalement les enfants!!!





















Les enfants sont demandeurs mais pas seulement!! Je me rends sur le "port" de pêche où l'un des pêcheurs me demande une photo. Il était avec un groupe d'une quinzaine d'amis, il me fait signe de le prendre en photo mais le reste du groupe me disant poliment de ne pas prendre en photo, je l' isole du groupe afin de recevoir son plus grand sourire!!





















Une photo noir et blanc qui vient de moi...















Et une en couleur qui vient d'Or...

Je préfère préciser parce que ce n'est pas mon habitude d'utiliser les photos d'autres pour mon blog...Peut-être parce que je suis très souvent seul quand je voyage!!




















J'ai parlé de port en mettant des guillemets. S'agissant d'un tout petit village, difficile de parler de port, en tout cas pas ceux auxquels nous sommes habitués.


J'ai demandé à Or cet après-midi là si ça n'était pas trop ennuyeux pour lui de faire ces photos. Il m'a répondu que le vélo étant l'attraction pour bon nombre de villageois, ça lui permettait de faire d'autres photos sans que les gens s'aperçoivent de sa présence, ayant par la même occasion des photos plus naturelles.



























 Même avantage pour moi, les gens se focalisent sur le vélo  (ou simplement vivent normalement) et font abstraction de l'appareil photo qui se trouve au loin. Lorsque je fais la même chose avec trépied, tout est en pause autour de moi, on perd donc un peu d'authenticité.



































Il me reste une semaine à passer ici, je pourrais rester plus longtemps mais je ressens le besoin profond de changer d'environnement et éventuellement reprendre la route, tout en restant au Malawi (je n'ai de toute manière pas d'autres solutions).



Deux options se présentent, vendredi prochain le bateau Ilala, qui transporte les gens un peu partout sur le lac Malawi démarre de Monkey Bay pour rejoindre Nkhata Bay (plus au nord sur le lac). Une amie m'a trouvé une maison à louer pour environ 25 euros par mois dans ce même village de Nkhata Bay. Je pense donc garder ce pied-à-terre et graviter autour tant que le confinement n'est pas officiel au Malawi. 
Deuxième option, poursuivre à vélo plutôt qu'en bateau pour rejoindre ce même village et ainsi faire ce qui prévu ensuite.



















Mon visa expire le 9 juin donc il me reste encore un peu de marge pour organiser la suite, profiter du dernier mois, me renseigner à l'immigration s'ils prevoient d'ouvrir le frontiere vers la Tanzanie dans les semaines qui suivent et voir avec eux comment je peux prolonger mon visa à cause du virus. Pour être précis, il vaut mieux que je reste ici à attendre que tout ce cirque passe car la vie ici est bien moins coûteuse et bien plus paisible qu'en France alors à quoi bon rentrer même si je ne peux pas poursuivre mon voyage vers le Nord.

Un très grand merci à Or pour toutes ces photos et un autre grand merci aux villageois du coin pour leur gentillesse!!

Je vous retrouve un peu plus tard pour la suite de l'aventure!! Encore bon courage à vous tous!!