vendredi 19 juillet 2019

T'as pas peur des panthères ??

Deuxième partie de ma traversée du Gabon. Après quelques jours pour arriver à Lopé, je poursuis direction Franceville. Il me reste environ 400 km à parcourir. Je suis impatient de pouvoir voir mes premiers éléphants, apparemment en nombre au Gabon.


Chaque campement se fait dans un petit village comme celui-ci afin d'éviter d'être confronté aux animaux sauvages. J'écoute les locaux parce qu'à titre personnel, je préfèrerai dormir en brousse...
Mais bon, il y a les panthères !!


















En arrivant sur cette route, je me demande ce que fait un câble électrique en plein milieu de la jungle...


En regardant de plus près...


















Je voulais vous offrir des photos d'éléphants, de gorilles, de panthères etc...
Vous avez des fourmis...tellement triste...



Les camionneurs sont ceux qui m'aident le plus sur la route, lorsque que j'ai besoin d'un renseignement ou d'un peu d'eau par exemple. Ils suivent mon avancée faisant les aller-retour entre Libreville et Franceville.

Sur une zone un peu abîmée de la route, je rencontre un camionneur accompagné de son camion renversé sur la route. Je lui demande depuis combien de temps il se trouve là, m'attendant à une réponse de l'ordre d'un ou deux jours, il me répond:

- Je suis là depuis 13 jours !!
- Pardon ?? 13 jours ?
- Oui !!
- Mais vous attendez quoi ?
- La dépanneuse !!
- Mais elle est parti quand cette dépanneuse? 
- Il y a 6 jours de Libreville !!
- Hahaha, mais c'est pas possible, j'ai mis 5 jours pour venir à vélo !!
- Et bien voilà, t'es plus rapide qu'une dépanneuse gabonaise !!
- Je vais te faire une confidence...En fait, c'est moi et mon vélo la dépanneuse !! Mais je pense pas trop pouvoir aider !!

Son collègue s'approche de nous et me demande:

- Mais vous avez pas peur des panthères en étant à vélo ? Il y en a partout ici !!
- Euh non... (ne sachant quoi répondre).



















Une heure plus tard, un 4x4 s'arrête à côté de moi:

- Bonjour, tu va où comme ça? 
- Je vais à Brazzaville.
- T'as pas peur des panthères ? Il y en a beaucoup !!

Ayant eu le temps de la réflexion...

- Comment tu veux que j'ai peur, j'en ai jamais vu !! Je roule ici depuis bientôt une semaine, j'ai même pas vu un éléphant alors que vous me dites qu'ils sont partout. Je vais finir par dormir en brousse pour les voir sortir la nuit !!
- Nous, on vient d'aller en brousse, on a vu des gorilles !!
- Ohhhh.....
- On va à Brazzaville, tu veux qu'on t'amène? 
- Vous connaissez la réponse "non merci". Bonne route à vous.

En étant sur la route, la chance de rencontrer ces animaux sauvages est limité, ils se savent en sécurité dans la jungle et n'ont aucune raison d'en sortir pour s'aventurer sur la route alors si je veux voir tout ces animaux, il me faudrait faire une expédition juste pour ça.




















Dernier jour de vélo avant d'arriver à destination. Je décide la veille de dormir à seulement 35 km de Franceville afin d'avoir toute la journée pour trouver un hôtel pas cher, une banque (aucune sur mon chemin...hormis Libreville et Franceville) et de quoi avoir de l'internet pour avertir tout le monde que je n'ai pas été mangé par une panthère !!



















FRANCEville...


















Un bar de l'OM...
Il y a pas de doute, je suis à la maison !!


















Je m'en lasse jamais...

Libreville - Franceville :
9 jours de vélo 
750 km parcourus 
1 douche prise....

Devinez la priorité !! Je vous retrouve au Congo !!




jeudi 18 juillet 2019

Souffle le vent de la liberté !!


















Mon arrivée au Gabon sonne mon retour sur les routes africaines. D'abord embêté par mon genou puis par le paludisme, me voilà maintenant apte pour poursuivre sur mon vélo, ce qui m'a beaucoup manqué ces dernières semaines.




















Je suis au Gabon depuis la 6 juillet, où je suis arrivé en avion depuis le Bénin. Ma première mission est de faire mon visa pour le Congo Brazzaville  (République du Congo) qui est ma prochaine destination. Malheureusement, c'est le week-end alors je me balade dans Libreville pour passer le temps (vous connaissez ma passion pour les grandes villes lol).




















Libreville se trouve en bord de mer, il y est très agréable de s'y balader à vélo. A ma grande surprise, contrairement à l'Afrique de l'ouest, personne ne klaxonne sur les routes (ou très peu). Du coup, ce calme et cette absence de chaos m'a fait beaucoup de bien pour les quelques jours que j'y ai passé.




















Voilà, après avoir obtenu mon visa congolais le lundi après-midi, je reprends enfin la route. Ce sentiment de liberté qui m'habite lorsque je suis sur mon vélo refait surface, cet air qui vient caresser le visage lors d'une descente, ces encouragements venant de part et d'autre de la route. Ce sont toutes ces choses simples qui font que j'aime voyager comme ça. Les premiers coups de pédales sont un peu difficile au départ mais une fois la machine lancée, je retrouve cette sensation de bien être et de liberté totale !!





































Voilà l'événement de l'article (voire de mon voyage africain).
Pour la première fois de ma vie, je passe l'équateur vers l'hémisphère sud. Après plus de 35 000 km en vélo et quelques 40 pays visités (avec ou sans vélo), ça semble improbable et pourtant...
Pour vous faire une idée, sur ce voyage africain, j'ai passé léquateur en étant à 12 500 km, soit la distance Gabon - Pékin !! Le double de ce qui sépare la France du Gabon à vol d'oiseau. Autant dire que mon voyage n'est pas une ligne droite !!




















Revenons au parcours prévu pour ce séjour au Gabon. Je pars de Libreville en direction de Franceville en passant par le Parc National de Lopé, environ 750 km sépare les deux villes, entre deux....Rien ou presque !!
L'article est sur la première moitié du parcours, à savoir Libreville - Lopé.


































Il y a 3 routes majeurs ici, une montant vers le nord  (direction Cameroun), une passant vers le sud  (direction Pointe Noire au Congo) et la troisième va vers le sud-est (direction Brazzaville au Congo). Je prends la troisième qui me permet de traverser une grande partie du Gabon et rejoindre Brazzaville où je dois faire mon visa pour l'Angola.




















Les 150 premiers kilomètres de mon parcours sont bitumés, puis 350 km de pistes plus ou surtout moins bon état. En revanche, la traversée est très agréable et calme (seulement un ou deux véhicules à l'heure). Je dois par contre m'organiser pour dormir dans un village, cette région étant remplie de panthères, d'éléphants et de singes !! Comme il y a seulement un village tout les 50-60km , je réduis mes journées afin de pas camper dans la brousse.

Première moitié de mon séjour dans cet article, deuxième moitié dans le suivante, Lopé - Franceville  (où je suis déjà !!)



vendredi 5 juillet 2019

Paludisme, épisode 1...










Vendredi 5 juillet, je me trouve toujours à Cotonou. Mon amie Goodness étant partie en début de semaine dernière, j'ai trouvé un hébergement via couchsurfing pour attendre mon départ pour le Gabon qui se trouve être aujourd'hui. Juvana et sa famille (Ci-dessus, Juvana est tout à droite) m'ont reçu comme l'un des leur pendant la semaine qui aura été une des plus dure de mon voyage...
La faute à ces saletés de moustiques et le paludisme qu'ils m'ont refilé !!




















Les premiers signent de fatigue se font sentir le lendemain de mon arrivée dans la famille, c'est à dire le vendredi 28 juin. Je me repose donc tout le week-end en espérant une amélioration mais toujours la même fatigue le dimanche soir.




















N'ayant rien fait depuis mon arrivée, Javana m'avait proposé d'aller à Grand Popo le lundi suivant. La majorité des photos de l'article correspondent à cette journée.




Je reviens au samedi...
Nous allons manger chez sa soeur  (Cynthia). Sur la route de l'aller, nous réalisons que la moto n'a plus de lumière, nous utilisons ma lampe frontale pour arrivée chez sa soeur.

Une fois la soirée, nous repartons à la maison. En cours de route, Juvana s'arrête pour me donner son téléphone et me dire que nous allons prendre une autre route plus praticable sans lumière...

Je me son téléphone dans ma poche...
Et je la vois partir déterminée...Sans moi !!
Lorsque je l'appelle, il est déjà trop tard.
Je poursuis mon chemin à pieds vers la direction qu'elle a empreinté espérant qu'elle remarque mon absence à un moment !!

Je commence à attraper un fou rire quand je l'imagine en train de me parler sur sa moto alors que je ne suis pas là.
Je la vois finalement revenir quelques minutes plus tard l'air un peu inquiète. Elle pensait m'avoir perdu pendant qu'elle roulait !!!



















L'Afrique et les lois !!!


















Ca s'appelle pas Grand Popo par hasard !!



















Mon cadeau du jour !! Un magnifique oiseau dont bien évidemment je ne connais pas le nom.



















Nous repartons de Grand Popo mardi après midi, lorsque je sens que je vais mourir...
Une heure et demi de route pour rejoindre un hôpital à Cotonou. Il me prennent les constantes, me font une prise de sang et attendent les résultats pour commencer le traitement approprié. Résultat : un violent paludisme (selon leur propres termes).

On me fera une perfusion de vitamine pour me rebooster un peu puis 3 injections de traitement antipaludisme en 2 jours , puis 1 le jour suivant. Je ne peux pas faire la dernière, je serai dans l'avion pour le Gabon.















Merci...

Dernière injection à l'hôpital hier (jeudi), je me sens beaucoup mieux. Lorsque l'on me retire mon Cathéter, je discute avec les deux infirmières et l'infirmier présents. L'infirmier avait déjà parlé de mon voyage et me demande l'expliquer aux autres. Après explication, une des infirmières me dit qu'elle ne me croit pas (chose à laquelle je suis habitué). Je demande à l'un d'entre eux s'ils ont internet sur le téléphone et lui montre mon blog. Elle me dit en souriant:
- Je crois que ce que je vois !!
Je lui réponds en souriant également:
- C'est pour ça que je crois pas en dieu !!

Je me trouve maintenant à l'aéroport en partance pour le Gabon. Ma santé va mieux. Il me reste encore un traitement en cachets à suivre pour quelques jours avant d'être débarrassé j'espère pour un long moment !!

Encore merci à Juvana et toute sa famille d'avoir pris soin de moi à l'hôpital comme à la maison !!